Un midi ordinaire…

Posté le 23 octobre 2013

Midi. Les résidents se lavent les mains avant de se diriger vers le réfectoire… C’est un moment qu’on pourrait bien sûr qualifier de bruyant, un joyeux foutoir en somme… les uns demandent s’ils mangent sur les unités de vie, les autres restent dans la salle à manger collective, certains tempestent : « non, veux manger en haut » « non j’mange pas ici »  « moi j’veux manger avec bidule » « et moi avec truc »… un joyeux bordel… un joyeux foutoir… Non… juste plein de vie ! (et oui, la vie est parfois bruyante et bordélique !)

Préparation des plats  « Qui veut servir ? » demande un(e) encadrant(e)…

Deux possibilités : soit c’est le dilemme du choix entre plusieurs volontaires… soit c’est l’incitation, la sollicitation suprême en raison d’un manque évident d’enthousiasme…

« merci bien »… on met la charlotte, le tablier, les gants… oui dans l’éducation, on est parfois sexy… on prend la température des plats qu’on consigne (oui, l’éducation mène partout)…. et voilà le service qui commence… quand tout à coup… le café dégouline allègrement de la cafetière, se répandant sur la console… où reposent des plannings et autres documents plus ou moins importants. » MEERDE !!!! « (oui la vulgarité a parfois des vertus éducatives…) il faut éponger… pas d’éponge… Je fustige un « mais c’est pas possible de bosser dans ces conditions, MERDE » (oui encore)…

J’entends les résidents : « hannnnnnn »

Je vois mes collègues continuer à manger (ou à servir pour les plus dynamiques)… et là.. je revois ma mère dans « ses bons jours »… je lave, j’éponge, je sors le tiroir de la console, où le café a également coulé….et j’éponge… avec la seule éponge qu’une collègue de l’étage supérieur a bien voulu me donner (on est généreux dans l’éducation, c’est bien connu !) … sans dire un mot mais véritablement énervée. Seuls les résidents semblent le noter, ils me regardent les yeux remplis de compassion.

Je regagne ma place pour finir mon repas… froid. Pas grave. Une résidente sert déjà le fromage. plus faim. Étonnant.

Je me retourne vers mon voisin de tablée… il me sourit timidement. Un résident d’une autre table me fait des signes pour m’amuser.

« Quelqu’un veut du café ? »

Moi, amère (probablement comme le café) : non merci.

Mon voisin de table me regarde en rigolant…(façon Garcimore) et cligne des yeux… dur de faire un clin d’œil !

Un simple clignement d’yeux permet de retrouver le sourire pour attaquer l’après-midi ! Merci mon petit « Garcimore » !!!

Socialement vôtre,

 

Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Information pour les utilisateurs
Les retours à la ligne et les paragraphes sont automatiquement ajoutés. Votre adresse e-mail ne sera jamais affichée.
Veuillez prendre conscience de ce que vous postez