Petite leçon de communication non verbale

Posté le 3 décembre 2013

Parfois on me dit : mais comment tu fais pour les comprendre ? on comprend rien, ils font des bruits mais parlent pas vraiment….

Je vois pas où est le problème… y’a besoin de mots pour se comprendre ?  non je ne comprends pas… certes il y a la connaissance de l’autre mais quand même… le regard, la situation, les mimiques… y’a tant de choses qui nous renseignent…

Bon, je vous vois dubitatifs ou dubitatives pour certain(e)s… ok… je vous propose un petit TP… il ne vous suffit que de cliquer sur la vidéo suivante dans un premier temps…  :

Image de prévisualisation YouTube

ça va ? vous avez compris l’histoire ?

Pardon ??? ça vous a même fait rire ???? bah vous voyez que c’est pas si compliqué la communication non verbale….

la communication verbale, entre personnes soit disant « normales », peut s’avérer bien plus complexe…. (croyez moi !!!!)

Socialement vôtre,

2 commentaires pour « Petite leçon de communication non verbale »

  1.  
    4 décembre 2013 | 20 h 43 min
     

    J’adore.
    Pour avoir bossé avec des autistes profonds, et avoir comme projet professionnel, à long terme, de devenir orthophoniste, il est clair que si l’on accepte pas la communication non verbale, il vaut mieux arrêter tout de suite le métier. Cela étant, j’ai une gosse sur mon groupe qui utilise le Makaton, mais qui est aussi capable de faire des petites phrases et prononcer beaucoup de mots, mais qui ne le fait pas par fainéantise. Elle, j’essaye de la porter vers le haut, et je lui répète assez souvent « bon, on est pas dans The Artist, fais un effort, moi je ne comprends pas ». Mais c’est juste parce que je ne veux pas qu’elle se laisse enfermer dans une léthargie et qu’elle se contente de regarder l’autre en lui faisant croire qu’elle ne sait pas faire …

    Mais chez ceux qui n’ont pas accès au langage articulé, à la base, il s’agit surtout d’être à leur écoute … parfois il s’agit d’un regard, d’autres fois d’un cri. Il suffit simplement de preuve d’attention, et généralement, le courant passe. L’année dernière, je communiquais avec mes petiots de façon complètement absurde, en imitant leurs cris et leurs babillements, leur langue même (et c’était pas toujours évident, parce que j’en avais un, c’était un remix de Taz (des frères Warner) et d’un lapin crétin). Les voir attentifs aux bruits que je produisais était exceptionnel, les voir rire comme si j’avais fait une blague dans leur langue était un cadeau. Et surtout, il a suffit que je rentre dans leur monde, dans leur mode de communication pour que petit à petit, ils essayent de se saisir du mien …
    Communiquer, c’est avant tout être à l’écoute (j’ai failli écrire « dans communiquer il y a niquer », mais pour une éduc, ça craint un peu !).
    Réjouis toi, les gens te prennent pour wonderwoman. C’est la classe non.

    Dernière publication sur Chronique d'une éducatrice spécialisée névrosée : Adada Prout Prout Cadet

    Répondre

    •  
      jadmirecequetufais
      4 décembre 2013 | 20 h 51 min
       

      Lol … Je me permets de corriger ton commentaire : pas les gens… Juste eux, les residents, ceux pour qui je me leve le matin, les seuls pour qui j’arrive encore a sourire en pensant a mon metier… Pas les gens… Donc pour les adultes que j’accompagne, je suis wonderwoman (ou irrecuperable selon… ;) ) oui c’est la classe.
      J’aime quand certains me disent : mais qu’est ce qu’on va faire de toi ? J’aime quand ils me disent : mais t es pas bien hein ! Oui j’aime voir l’etincelle dans leurs yeux quand je fais la fofolle ou que je pousse le ridicule a l’extreme :) mon maitre a penser, c’est Buffo (Howard Butten) et je m en inspire quotidiennement aupres d’eux… Je crois avoir vu un peu de Buffo en ta pratique ;)

      Répondre

Laisser un commentaire

Information pour les utilisateurs
Les retours à la ligne et les paragraphes sont automatiquement ajoutés. Votre adresse e-mail ne sera jamais affichée.
Veuillez prendre conscience de ce que vous postez