le parcours du combattant

Posté le 8 mars 2014

J’ai envie de rendre hommage à Antoine.

C’est qui Antoine ?  c’est un jeune homme de 32 ans que j’accompagne dans une démarche d’intégration en ESAT. Mais Antoine, ça fait des années qu’il rame. ça fait des années qu’il fait des stages auxquels on lui disait :   « c’est bien, mais il faut encore faire des stages, tu n’es pas encore tout à fait prêt ».

Jamais Antoine ne s’est découragé. Il enchainait des périodes au foyer et des périodes de stage.

Depuis quelques mois, un ESAT a dit : « C’est bien. Tu es prêt… mais on n’a pas de places »… et depuis… rien. Malgré les candidatures, les opérations phoning, toujours la même chose : « avec la crise, on a moins de travail et nous n’avons pas de place ».

Cette semaine, enfin, nous avions une visite d’un ESAT en vue d’un stage d’admission.

9h15, j’arrive chez Antoine qui est fin prêt et m’attend. Souriant il m’ouvre la porte, enfile son blouson et nous voilà partis jusqu’au métro.

- on y va en métro ?

- oui mais c’est à toi de me montrer … c’est quasiment le même chemin que pour ton dernier stage : on descend à l’arrêt d’après.

Antoine me sourit, ravi… me montre la bonne direction en arrivant à la station, reconnait l’arrêt de son stage précédent et m’interroge du regard à la suivante.

Nous voilà à l’ESAT. Visite suivie d’un entretien qui en substance laisse peu d’espoir au jeune homme d’avoir une place. En gros… y’a du boulot, mais c’est un ESAT de « Haut vol », répondant à des commandes commerciales exigeantes en terme de rendement « mais nous voulons laisser la chance à tous c’est pourquoi nous vous proposons tout de même un stage ». Une vigilance particulière sera observée quant à son intégration et adaptation. Eurêka.

J’observe Antoine qui arbore un sourire ravi : j’ai un stage !

Je suis partagée aujourd’hui entre ma satisfaction d’accompagner Antoine dans ce qu’il désire (et qui est en adéquation avec ses réelles capacités) …. et ma colère contre ce système qui se fou ouvertement de la gueule de ces personnes en difficultés. Le rendement économique est tellement important qu’on en perd de vue le fait que ces établissements doivent être un milieu protégé accueillant et accompagnant, dans une activité professionnel, des personnes en situation de handicap.

Depuis des années, on propose des stages à Antoine… qui lui, ne désespère pas de trouver une place…. l’aura – t- il un jour ?

Socialement vôtre,

 

2 commentaires pour « le parcours du combattant »

  1.  
    lucie.T
    8 mars 2014 | 21 h 51 min
     

    Malheureusement beaucoup de personnes sont dans la même situation qu’Antoine et les ESAT deviennent de plus en plus sélectif ! C’est écoeurant ! Ils oublient qu’elles sont leurs missions et préfèrent prendre des personnes « pas trop » handicapées pour un souci de rentabilité. Heureusement, certains ESAT ne fonctionnent pas de la sorte et des associations de parents se battent pour que cela change ! J’espère de tout coeur qu’Antoine aura très vite SA place !

    Répondre

  2.  
    jadmirecequetufais
    10 mars 2014 | 7 h 51 min
     

    yep je sais que certains ESAT n’oublient pas leur mission… mais où sont ils ? aujourd’hui, nouvel entretien…belle journée à toi :)

    Répondre

Laisser un commentaire

Information pour les utilisateurs
Les retours à la ligne et les paragraphes sont automatiquement ajoutés. Votre adresse e-mail ne sera jamais affichée.
Veuillez prendre conscience de ce que vous postez