le parcours du combattant

Posté le Samedi 8 mars 2014

J’ai envie de rendre hommage à Antoine.

C’est qui Antoine ?  c’est un jeune homme de 32 ans que j’accompagne dans une démarche d’intégration en ESAT. Mais Antoine, ça fait des années qu’il rame. ça fait des années qu’il fait des stages auxquels on lui disait :   « c’est bien, mais il faut encore faire des stages, tu n’es pas encore tout à fait prêt ».

Jamais Antoine ne s’est découragé. Il enchainait des périodes au foyer et des périodes de stage.

Depuis quelques mois, un ESAT a dit : « C’est bien. Tu es prêt… mais on n’a pas de places »… et depuis… rien. Malgré les candidatures, les opérations phoning, toujours la même chose : « avec la crise, on a moins de travail et nous n’avons pas de place ».

Cette semaine, enfin, nous avions une visite d’un ESAT en vue d’un stage d’admission.

9h15, j’arrive chez Antoine qui est fin prêt et m’attend. Souriant il m’ouvre la porte, enfile son blouson et nous voilà partis jusqu’au métro.

- on y va en métro ?

- oui mais c’est à toi de me montrer … c’est quasiment le même chemin que pour ton dernier stage : on descend à l’arrêt d’après.

Antoine me sourit, ravi… me montre la bonne direction en arrivant à la station, reconnait l’arrêt de son stage précédent et m’interroge du regard à la suivante.

Nous voilà à l’ESAT. Visite suivie d’un entretien qui en substance laisse peu d’espoir au jeune homme d’avoir une place. En gros… y’a du boulot, mais c’est un ESAT de « Haut vol », répondant à des commandes commerciales exigeantes en terme de rendement « mais nous voulons laisser la chance à tous c’est pourquoi nous vous proposons tout de même un stage ». Une vigilance particulière sera observée quant à son intégration et adaptation. Eurêka.

J’observe Antoine qui arbore un sourire ravi : j’ai un stage !

Je suis partagée aujourd’hui entre ma satisfaction d’accompagner Antoine dans ce qu’il désire (et qui est en adéquation avec ses réelles capacités) …. et ma colère contre ce système qui se fou ouvertement de la gueule de ces personnes en difficultés. Le rendement économique est tellement important qu’on en perd de vue le fait que ces établissements doivent être un milieu protégé accueillant et accompagnant, dans une activité professionnel, des personnes en situation de handicap.

Depuis des années, on propose des stages à Antoine… qui lui, ne désespère pas de trouver une place…. l’aura – t- il un jour ?

Socialement vôtre,

 

jadmirecequetufais @ 14 h 33 min
Enregistré dans minute sociale, Moments ordinaires
Handiciné

Posté le Lundi 3 mars 2014

A l’heure où les politiques prennent le handicap pour la 5ème roue du carrosse, à l’heure où ils nous pondent des délais pour l’accessibilité des lieux PUBLICS, les cinéastes continuent à œuvrer. Merci à eux, c’est déjà ça !  ça sort le 26 mars… et j’irai le voir. Pensée à toi Mathieu.

 

Image de prévisualisation YouTube
jadmirecequetufais @ 7 h 28 min
Enregistré dans minute sociale
Une quiche au four…

Posté le Mercredi 26 février 2014

Arriver le lundi, voir que c’est la merde avec les gens en congés, les gens malades…. et entendre sa collègue le lendemain toute la journée rabâcher :

« je sais pas ce qui m’arrive aujourd’hui, j’ai l’impression qu’on est lundi »….

La réponse est fatalement tombée hier soir au bout de la énième fois que j’entendais la même phrase :

« ah ben t’as de la chance, moi hier soir en rentrant chez moi j’me croyais déjà vendredi  »

j’ai aimé l’intervention de la psy :

« ah ça, c’est quand tu as besoin de vacances » !

bonne journée à vous,

 

jadmirecequetufais @ 7 h 45 min
Enregistré dans la quiche d'or
Tout était dit…

Posté le Mercredi 19 février 2014

Retour au boulot après 4 jours de repos post transfert… retour au quotidien… un ptit truc en plus.
Un ptit truc en plus… j’ai bien cherché ce que c’était… ben c’est pas explicable ! nous vla bien !  comment expliquer l’inexplicable ?

Un sourire. ça commence par un sourire, puis 2, puis 3. ça continue par des échanges de regards, complices.  Puis vient le moment de passer à table.

« Lavez vous les mains, installez-vous ! »

Je vais dans la cuisine et en revenant, c’est moi qui souris en voyant qu’il y a une table « transfert », unis par une complicité remarquable. Ils sont là, se regardent, rient, liés par le souvenir d’une semaine de vacances.

L’après-midi passe à vitesse grand V, à diffuser le film du séjour et à préparer l’album photo. L’ambiance est bonne enfant, les taquineries reprennent bon train, ici quelqu’un se moque de mon rhume, là une autre personne rigole d’observer Christophe, à nouveau déconnecté, marmonner dans sa moustache… mais ils sourient tous et semblent heureux. Et ça c’est formidable !

C’est beau notre métier non ?

Parfois, les soucis d’équipe, de fonctionnement (ou de dysfonctionnement) prennent le dessus et nous rendent aigri, blasé… remettant en question la raison de notre orientation. Qu’est ce que je fous là ? Qu’est ce que je pourrai faire d’autre ? A quoi bon ? Ces moments là ont le mérite de remettre les couleurs à notre quotidien et de remettre les pendules à l’heure. On est là pour eux, pour les accompagner dans le chemin de l’épanouissement et du bien être et peu importe les obstacles rencontrés… c’est pour ces sourires là que j’ai choisi de faire ce métier… c’est auprès d’eux que je me sens à ma place…. qu’on se le dise…  j’aime mon métier…

Socialement vôtre,

Image de prévisualisation YouTube
jadmirecequetufais @ 18 h 25 min
Enregistré dans Les ptits bijoux
Les gens du nord…

Posté le Lundi 17 février 2014

Il y a des moments, des gens, qui vous font dire : voilà. C’est pour ça que je fais ce métier… ce métier qui est un des plus beaux du monde….

Notre semaine de séjour dans le nord s’est achevé vendredi et restera dans ma mémoire comme un des plus beaux que j’ai fait dans ma petite carrière.  Les résidents ont juste été formidables, rayonnants. Ils se sont révélés : ceux qui parlaient peu se sont mis à le faire, celui qui ne tient pas en place, rythmé par ses onomatopées, était calme, serein, bien dans le groupe et souriant, ne faisait aucun bruitage compulsif, celui qui est déconnecté était au contraire bien là et pouvait tenir une conversation ou comprendre nos consignes, celui qui est un tantinet psychorigide a su lâcher prise. Il y a eu une complicité, une connivence dans ce groupe là qui était belle à voir.

J’ai aimé notre trio également qui a bien tourné, qui s’est bien complété sans obligation de mises au point. C’était confortable et appréciable !

Ce séjour, ça a été le ptit truc qui me fallait… ça m’a redonné foi en mon métier, aux projets que je propose et ça m’a surtout convaincu de continuer à défendre les valeurs que je porte. Cet environnement rural, l’ouverture sur les autres… ça les porte définitivement !

En attendant de vous raconter avec humour des petits moments volés ici ou là, une petite perle du comique du séjour qui, en partant à Chimay nous a dit :

« on va à Chimay et pas à Badi parce que sinon on viendrait pas du nord mais du sud ! »

S1190010

Les gens du nord... dans Les ptits bijoux s1180001-300x168

 

Socialement vôtre,

 

jadmirecequetufais @ 9 h 52 min
Enregistré dans Les ptits bijoux
C’est cro beauuuu !

Posté le Vendredi 7 février 2014

Alors que je surfouillais (oui du verbe surfouiller, verbe glissant bien connu du premier groupe) à la recherche de court métrage et d’idées d’adaptation, je suis tombée sur ce petit bijou…. à savourer…

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Socialement vôtre,

jadmirecequetufais @ 11 h 51 min
Enregistré dans Les ptits bijoux
Sacré Annette !

Posté le Mercredi 5 février 2014

Aujourd’hui, tranche de vie.

Un groupe d’adultes est assis autour de la table de la salle « Charlie Chek Point », comme tous les matins avant l’heure des activités diverses et variées…

Ici, un résident parcourt son journal, là deux autres discutent alors qu’un autre passe de bras en bras pour les câlins du matin et que d’autres se trémoussent en musique… (bon ok ça dépend parce qu’en moment je mets FIP pour assurer un climat plutôt serein et que du coup c’est pas tous les jours groovy…) Bref…

Annette, juste à côté de moi autour de la table feuillette le magazine d’un de ses camarades. C’est de la haute culture attention, j’ai nommé le magazine : Voici ! (hey non pour une fois, ni oops, ni closer !)…

Voyant une photo d’Omar Sy embrassant sa femme, Annette s’exclame :

- oh ils font l’amour !

moi : – non ils se font juste un bisou

elle, s’approchant pour regarder la photo de plus près : ah oui.

 

Voilà.. c’est tout, c’est peut -être nul mais elle m’a fait beaucoup rire.

Socialement vôtre,

jadmirecequetufais @ 19 h 04 min
Enregistré dans Les ptits bijoux, Moments ordinaires
La Quiche d’or…

Posté le Mercredi 5 février 2014

La quiche d’or est un concept que j’ai découvert avec délectation dans un magazine que, jadis, j’aimais lire (Causette).  Dans chaque numéro, Causette a son lot de quicheries (non, pas de coucheries pfff)… plus ou moins « croustillantes,  gratinées,  fumantes et fumeuses ». Allez… ne me dites pas que vous ne voyez pas de quoi je parle… on a tous des quiches qui nous entourent dans notre boulot….

Alors voilà, je m’étais jurée de ne parler que des personnes qu’on accueille… pas de de l’équipe, d’éviter de parler des dysfonctionnements institutionnels (enfin, tenter car qui dit dysfonctionnements institutionnels, dit impacts sur les personnes accompagnées)… mais voilà.. à un moment donné, TROP c’est TROP… alors de temps en temps, je vous parlerai d’elle… de celle qui a rempli tous les suffrages : La quiche d’Or de l’année…. sans la nommer (pour un ptit clin d’œil à Moustaki).

 

Image de prévisualisation YouTube

NB : Ce chef d’œuvre de la chanson française est à prendre bien évidemment au 1000éme degré pour la détourner de son message original et illustrer mes propos telle une ode à la Quiche d’or… (qui aura le droit, bien entendu à sa propre catégorie… ça vaut bien ça !)

jadmirecequetufais @ 7 h 32 min
Enregistré dans minute sociale
Une bulle…

Posté le Dimanche 2 février 2014

Un ptit clin d’œil dominical à mon petit rayon de soleil, un peu dans sa bulle mais pas trop… et puis à tous les autres enfants qui sont dans leur bulle (peu importe le genre de bulle…) ;)

Image de prévisualisation YouTube

Musique de Syrano : Dans ma bulle (allez creuser si vous ne connaissiez pas ;) )

 

Socialement vôtre,

jadmirecequetufais @ 9 h 34 min
Enregistré dans Les ptits bijoux
Des mots pour le dire…

Posté le Samedi 1 février 2014

Des fois, Souvent, notre métier est ingrat. Des fois, Souvent, c’est fatiguant. Bien sûr on ne passe pas notre journée à faire de la rentabilité financière ou à porter des charges lourdes, ou encore travailler à la chaine… non… mais pour autant, on est fatigué. Des fois, Souvent, on est en sous effectif. Souvent, Toujours, on est à flux tendu… et gérer un groupe n’est pas toujours chose aisée (n’est pas les collègues ? ). Bref, notre métier a multiples facettes. Accompagner des personnes en difficultés (peu importe la dite difficulté) peut nous amener à divers métiers allant de la femme de ménage, en passant par la cuisinière, l’orthophoniste, l’agent technique, la dame pipi, informaticienne, chauffeur, secrétaire, aide-soignante etc, etc…(Ceci n’est pas une liste exhaustive qu’il conviendra à chaque personne qui se reconnaitra,  de compléter ! En vert, les suggestions faites en commentaire :p)

Ce qui nous tient malgré tout à cumuler tous ses emplois en un seul ? Ben encore les personnes qu’on accompagne. Des fois, ils savent illuminer notre journée, juste avec leurs sourires et leurs mots… quelques perles entendues ici ou là :

- Alors qu’on parlait de ce qu’était l’humour (et les humoristes), un résident nous dit : les gens qui n’aiment pas les clowns sont des Anticiclones ou des anticiclowns.

- Un autre jour, alors qu’on travaillait la notion d’identité avec une collègue, une résidente la regarde (visiblement peu concentrée) et lui dit : « tes cheveux, c’est comme les feuilles en automne, ils tombent ».

- Un de nos externes a un humour politisé et nous a expliqué que pour aller en Hollande, il fallait traverser Mitterrand, Chirac et Sarkozy… mais qu’après tout, il fallait bien ça car la Hollande était un pays NORMAL….

Alors oui… des fois, notre métier n’est pas des plus aisés. On vit des moments qui pourraient paraitre de l’ordre du paranormal pour des gens qui ont une vie, un travail ordinaire ou banal…mais si Gad Elmaleh demande dans un de ses spectacles : « vous en connaissez beaucoup vous des boulots où quand vous arrivez on vous acclame ? » Et bien moi je répondrai à ce monsieur : « Non pas beaucoup mais dans le mien aussi on nous acclame quand on arrive… »

Tous les jours, quand l’équipe de l’après midi traverse la salle à manger en arrivant, la pièce se transforme en salle de spectacle avec des applaudissements, des ouaisssss des wouaaaaa…. La différence avec le public de Gad Elmaleh, c’est que pour les humoristes, c’est le public qui paye pour applaudir… chez nous c’est la Sécu, la MDPH, Le Conseil Général qui paient… et ce sont les personnes accueillies qui nous applaudit !!!

Socialement vôtre,

 

jadmirecequetufais @ 12 h 35 min
Enregistré dans jeu de mots
1234